Kritische Edition des Libretto-Erstdrucks Wien 1786 (Libretto)   Kritische Edition des deutschen Libretto-Drucks Wien 1786 (Deutsches Libretto)   Kritische Edition der Vorlage von Beaumarchais, Kehl 1785 (Vorlage)  
SCENA VIII
Achter Auftritt
SCÈNE X
Figaro con bianca veste in mano. Coro di contadine e di contadini vestiti di bianco che spargono fiori, raccolti in piccioli panieri, davanti ilConte e cantano il seguente coro.
Figaro mit einem weißen Gewande in der Hand. Chor der Bauern und Bäuerinnen in weißen Kleidern, welche in einem Körblein gesammelte Blumen vor dem Grafen streuen, und Folgendes singen.
Chérubin, Suzanne, Figaro, la Comtesse, Le Comte, Fanchette, Bazile; beaucoup de valets, paysannes, paysans vêtus en habits de fête.
Coro
Chor
    Giovani liete,

     Lustige Mädchen, streuet Blumen vor unserm edlen Herrn. Sein großmütiges Herz bleibe rein, wie die liebliche Weiße der schönsten Blume.
375
fiori spargete
davanti il nobile
nostro signor.
    Il suo gran core
vi serba intatto
380
d'un più bel fiore
l'almo candor.
Figaro, tenant une toque de femme garnie de plumes blanches et de rubans blancs, parle à la Comtesse.
Il n'y a que vous, madame, qui puissiez nous obtenir cette faveur.
La Comtesse
Vous les voyez, Monsieur le Comte, ils me supposent un crédit que je n'ai point : mais comme leur demande n'est pas déraisonnable…
Le Comte, embarrassé.
Il faudrait qu'elle le fût beaucoup…
Il Conte
Der Graf
(A Figaro con sorpresa.)
(zu Figaro mit Verwunderung)
Cos'è questa comedia?
Was ist das für Comédie?
Figaro
Figaro
Figaro, bas, à Suzanne.
(A Susanna piano.)
(still zu Susanna)
(Eccoci in danza:
Nun sind wir auf dem Wege: Folge mir, mein Herz.
secondami, cor mio.)
Soutiens bien mes efforts.
Susanna
Susanna
Suzanne, bas, à Figaro.
(Non ci ho speranza.)
Ich habe keine Hoffnung.
Qui ne mèneront à rien.
Figaro, bas.
Va toujours.
Le Comte, à Figaro.
Que voulez-vous ?
Figaro
Figaro
Figaro
Signor, non isdegnate
Mein Herr! verachten Sie nicht diesen von unserer Liebe herrührenden Tribut: Nun, da Sie das einem zärtlichen Liebhaber so unangenehme Recht abgeschaffet haben…
Monseigneur, vos vassaux, touchés de l'abolition d'un certain droit fâcheux, que votre amour pour Madame…
385
questo del nostro affetto
meritato tributo: or che aboliste
un diritto sì ingrato a chi ben ama…
Il Conte
Der Graf
Le Comte
Quel dritto or non v'è più; cosa si brama?
Itztbestehet dies Recht nicht mehr; was verlanget man also?
Eh bien, ce droit n'existe plus ; que veux-tu dire ?
Figaro
Figaro
Figaro, malignement.
De la vostra saggezza il primo frutto
Heute wollen wir die erste Frucht Ihrer Klugheit genießen: Heute ist unsere Hochzeit schon bestimmet; nun gehört es Ihnen, diese, welche vermög' eines Ihrigen Geschenkes ist rein erhalten worden, mit diesem weißen Gewande, Merkzeichen der Ehrbarkeit, zu bedecken.
Qu'il est bien temps que la vertu d'un si bon maître éclate ; elle m'est d'un tel avantage aujourd'hui, que je désire être le premier à la célébrer à mes noces.
390
oggi noi coglierem: le nostre nozze
si son già stabilite; or a voi tocca
costei, che un vostro dono
illibata serbò, coprir di questa,
simbolo d'onestà, candida vesta.
Il Conte
Der Graf
Le Comte, plus embarrassé.
395
(Diabolica astuzia!
Höllische Arglistigkeit! Allein man muss sich verstellen. Ich danke euch, meine Freunde, für so ehrliche Gesinnungen, aber verdiene deshalben weder Tribute noch Lobsprüche, und indem ich in meinen Lehngütern ein so unbilliges Recht abschaffe, stelle ich der Natur ihre Rechte zurück.
Tu te moques, ami ! l'abolition d'un droit honteux n'est que l'acquit d'une dette envers l'honnêteté. Un Espagnol peut vouloir conquérir la beauté par des soins ; mais en exiger le premier, le plus doux emploi, comme une servile redevance, ah ! c'est la tyrannie d'un Vandale, et non le droit avoué d'un noble Castillan.
Ma fingere convien.) Son grato, amici,
ad un senso sì onesto,
ma non merto per questo
né tributi né lodi, e un dritto ingiusto
400
ne' miei feudi abolendo,
a natura, al dover lor dritti io rendo.
Figaro, tenant Suzanne par la main.
Permettez donc que cette jeune créature, de qui votre sagesse a préservé l'honneur, reçoive de votre main publiquement la toque virginale, ornée de plumes et de rubans blancs, symbole de la pureté de vos intentions ; – adoptez-en la cérémonie pour tous les mariages, et qu'un quatrain chanté en chœur rappelle à jamais le souvenir…
Le Comte, embarrassé.
Si je ne savais pas qu'amoureux, poète et musicien sont trois titres d'indulgence pour toutes les folies…
Figaro
Joignez-vous à moi, mes amis !
Tous ensemble
Monseigneur ! Monseigneur !
Suzanne, au Comte.
Pourquoi fuir un éloge que vous méritez si bien ?
Le Comte, à part.
La perfide !
Figaro
Regardez-la donc, Monseigneur ; jamais plus jolie fiancée ne montrera la grandeur de votre sacrifice.
Suzanne
Laissen là ma figure, et ne vantons que sa vertu.
Le Comte, à part.
C'est un jeu que tout ceci.
La Comtesse
Je me joins à eux, Monsieur le Comte ; et cette cérémonie me sera toujours chère, puisqu'elle doit son motif à l'amour charmant que vous aviez pour moi.
Le Comte
Que j'ai toujours, madame ; et c'est à ce titre que je me rends.
Tutti
Alle
Tous ensemble
Evviva, evviva, evviva!
Er lebe, er lebe, er lebe!
Vivat !
Susanna
Susanna
(Malignamente.)
(hinterhaltisch)
Che virtù!
Welche Tugend!
Figaro
Figaro
Che giustizia!
Was für Gerechtigkeit!
Il Conte
Der Graf
Le Comte, à part.
(A Figaro e Susanna.)
(zu Figaro und Susanna)
A voi prometto
Ich verspreche euch, die Zeremonie zu vollziehen. Ich begehre nur kurzen Aufschub: Ich will euch in Gegenwart meiner Treuesten und mit herrlicher Pracht vollkommen glücklich machen. (Man schaue um Marzellina.) Gehet, meine Freunde.
Je suis pris. (Haut.) Pour que la cérémonie eût un peu plus d'éclat, je voudrais seulement qu'on la remît à tantôt. (À part.) Faisons vite chercher Marceline.
compier la cerimonia.
405
Chiedo sol breve indugio: io voglio in faccia
de' miei più fidi e con più ricca pompa
rendervi appien felici.
(Marcellina si trovi.) Andate, amici.
(I contadini ripetono il coro, spargono il resto de' fiori e partono.)
Die Bauern wiederholen den Chor, streuen die übrigen Blumen und gehen ab.
Figaro
Figaro
Evviva!
Er lebe!
Susanna
Susanna
Evviva!
Er lebe!
Basilio
Basilio
Evviva!
Er lebe!
Figaro
Figaro
Figaro, à Chérubin.
(A Cherubino.)
(zu Cherubin)
410
E voi non applaudite?
Und du stimmst nicht bei?
Eh bien, espiègle ! vous n'applaudissez pas ?
Susanna
Susanna
Suzanne
È afflitto, poveretto,
Der Arme ist betrübt, weil ihn der Herr vom Schlosseverjaget.
Il est au désespoir ; Monseigneur le renvoie.
perché il padron lo scaccia dal castello.
Figaro
Figaro
Ah in un giorno sì bello!
Ach, in einem so feierlichen Tage!
Susanna
Susanna
In un giorno di nozze!
Am Tage der Hochzeit!
Figaro
Figaro
415
Quando ognuno v'ammira!
Als Sie die ganze Welt bewundert!
Cherubino
Cherubin
La Comtesse
(S'inginocchia.)
(kniet nieder)
Perdono, mio signor…
Vergebung, mein Herr.
Ah ! monsieur, je vous demande sa grâce.
Il Conte
Der Graf
Le Comte
Nol meritate.
Du verdienst sie nicht.
Il ne la mérite point.
Susanna
Susanna
La Comtesse
Egli è ancora fanciullo!
Er ist noch kindisch.
Hélas ! il est si jeune !
Il Conte
Der Graf
Le Comte
Men di quel che tu credi.
Weniger als du meinst.
Pas tant que vous le croyez.
Chérubin, tremblant.
Pardonner généreusement n'est pas le droit du seigneur auquel vous avez renoncé en épousant Madame.
La Comtesse
Il n'a renoncé qu'à celui qui vous affligeait tous.
Suzanne
Si Monseigneur avait cédé le droit de pardonner, ce serait sûrement le premier qu'il voudrait racheter en secret.
Le Comte, embarrassé.
Sans doute.
La Comtesse
Eh, pourquoi le racheter ?
Cherubino
Cherubin
Chérubin, au Comte.
È ver, mancai; ma dal mio labbro alfine…
Es ist wahr, ich verging mich; aber von meinem Munde endlich…
Je fus léger dans ma conduite, il est vrai, Monseigneur ; mais jamais la moindre indiscrétion dans mes paroles…
Il Conte
Der Graf
Le Comte, embarrassé.
(Lo alza.)
(deutet, er soll aufstehen)
420
Ben ben, io vi perdono.
Gut, ich vergebe dir; ich will noch viel Mehrers tun: In meinem Regimente ist eine Offizierstelle leer, dich erwähle ich dazu, füge dich gleich dahin – lebe wohl.
Eh bien, c'est assez…
Figaro
Qu'entend-il ?
Le Comte, vivement.
Anzi farò di più: vacante è un posto
C'est assez, c'est assez, tout le monde exige son pardon, je l'accorde, et j'irai plus loin : je lui donne une compagnie dans ma légion.
d'uffizial nel reggimento mio;
Tous ensemble
Vivat !
Le Comte
io scelgo voi, partite tosto: addio.
Mais c'est à condition qu'il partira sur-le-champ pour joindre en Catalogne.
(Il Conte vuol partire, Susanna e Figaro l'arrestano.)
(Der Graf will abgehen, Susanna, Figaro und Cherubin halten ihn auf.)
Susanna, Figaro
Susanna, Figaro
Figaro
Ah fin domani sol…
Nur bis auf Morgen…
Ah ! Monseigneur, demain.
Il Conte
Der Graf
Le Comteinsiste.
No, parta tosto.
Nein, gleich soll er gehen.
Je le veux.
Cherubino
Cherubin
Chérubin
(Con passione e sospirando.)
(seufzend)
425
A ubbidirvi, signor, son già disposto.
Ich bin schon bereit, Ihnen zu gehorchen.
J'obéis.
Le Comte
Saluez votre marraine, et demandez sa protection.
(Chérubin met un genou en terre devant la Comtesse, et ne peut parler.)
La Comtesse, émue.
Puisqu'on ne peut vous garder seulement aujourd'hui, partez, jeune homme. Un nouvel état vous appelle ; allez le remplir dignement. Honorez votre bienfaiteur. Souvenez-vous de cette maison, où votre jeunesse a trouvé tant d'indulgence. Soyez soumis, honnête et brave ; nous prendrons part à vos succès. (Chérubin se relève et retourne à sa place.)
Le Comte
Vous êtes bien émue, madame !
La Comtesse
Je ne m'en défends pas. Qui sait le sort d'un enfant jeté dans une carrière aussi dangereuse ? Il est allié de mes parents ; et de plus, il est mon filleul.
Il Conte
Der Graf
Le Comte, à part.
Via, per l'ultima volta
Doch zum letzten Male umarme die Susanna. (Cherubin umarmet Susanna, sie bleibt verwirret.) (Der Streich ist unerwartet.)
Je vois que Bazile avait raison. (Haut.) Jeune homme, embrassez Suzanne… pour la dernière fois.
la Susanna abbracciate.
(Cherubino abbraccia la Susanna che rimane confusa.)
(Inaspettato è il colpo.)
Figaro
Figaro
Figaro
Ehi capitano,
Ei, Hauptmann, mir auch die Hand; (still zu Cherubin) (ehe du abreisest, will ich dich sprechen.) (mit verstellter Freude) Lebe wohl, kleiner Cherubin; wie verändert sich in einem Augenblicke dein Schicksal!
Pourquoi cela, Monseigneur ? Il viendra passer ses hivers. Baise-moi donc aussi, capitaine ! (Il l'embrasse.) Adieu, mon petit Chérubin. Tu vas mener un train de vie bien différent, mon enfant : dame ! tu ne rôderas plus tout le jour au quartier des femmes : plus d'échaudés, de goûtérs à la crème ; plus de main chaude ou de colin-maillard. De bons soldats, morbleu ! bazanés, mal vêtus ; un grand fusil bien lourd ; tourne à droite, tourne à gauche, en avant, marche à la gloire ; et ne vas pas broncher en chemin ; à moins qu'un bon coup de feu…
a me pure la mano…
(Piano a Cherubino.)
(Io vo' parlarti
430
pria che tu parta.)
(Con finta gioia.)
Addio,
picciolo Cherubino:
come cangia in un punto il tuo destino!
    Non più andrai, farfallone amoroso,

     Wirst nicht mehr, flatterhafter Liebender, Tag und Nacht herumirren. Wirst nicht mehr, flüchtiger Schwärmer, die Ruhe der Schönen stören.
notte e giorno d'intorno girando,
435
de le belle turbando il riposo,
narcisetto, adoncino d'amor.
    Non più avrai questi bei pennacchini,

     Nicht mehr jene schöneFederbuschen werden deinen feinen artigen Hut zieren. Nicht mehr dies schöne lange Haar, jene heitere Mine, diese lebhafte weibliche Farbe.
quel cappello leggero e galante,
quella chioma, quell'aria brillante,
440
quel vermiglio, donnesco color.
    Tra guerrieri, poffarbacco!

     Zwischen Kriegern, potztausend! Mit langem Schnautzbart, engem Rocke, einem Gewehr auf den Schultern, Säbl an der Seite, gradem Halse, freiem Angesichte; mit einem großen Casquet oder Mütze auf dem Kopf, viel Ehre, wenig Geld, und statt des Tanzes ein Marsch durch Pfütze, durch Berge und Täler, im Schnee und heißesten Sonnenstrahlen, unter dem Konzert der Trompeten, der Bomben und Kanonen, deren Kugeln allerlei Töne in den Ohren hervorbringen.
Gran mustacchi, stretto sacco,
schioppo in spalla, sciabla al fianco,
collo dritto, muso franco,
445
un gran casco o un gran turbante,
molto onor, poco contante,
ed invece del fandango
una marcia per il fango,
per montagne, per valloni
450
con le nevi e i sollioni
al concerto di tromboni,
di bombarde, di cannoni
che le palle in tutti i tuoni
a l'orecchio fan fischiar.
455
    Cherubino, alla vittoria,

     Cherubin, zum Siege, zum kriegerischen Ruhme!
alla gloria militar!
Suzanne
Fi donc, l'horreur !
La Comtesse
Quel pronostic !
Le Comte
Où donc est Marceline ? Il est bien singulier qu'elle ne soit pas des vôtres !
Fanchette
Monseigneur, elle a pris le chemin du bourg, par le petit sentier de la ferme.
Le Comte
Et elle en reviendra ?
Bazile
Quand il plaira à Dieu.
Figaro
S'il lui plaisait qu'il ne lui plût jamais…
Fanchette
Monsieur le docteur lui donnait le bras.
Le Comte, vivement.
Le docteur est ici ?
Bazile
Elle s'en est d'abord emparée…
Le Comte, à part.
Il ne pouvait venir plus à propos.
Fanchette
Elle avait l'air bien échauffé, elle parlait tout haut en marchant, puis elle s'arrêtait, et faisait comme ça, de grand bras…et monsieur le docteur lui faisait comme ça de la main, en l'apaisant : elle paraissait si courroucée ! elle nommait mon cousin Figaro.
Le Comtelui prend le menton.
Cousin… futur.
Fanchette, montrant Chérubin.
Monseigneur, nous avez-vous pardonné d'hier ?…
Le Comteinterrompt.
Bonjour, bonjour, petite.
Figaro
C'est son chien d'amour qui la berce ; elle aurait troublé notre fête.
Le Comte, à part.
Elle la troublera, je t'en réponds. (Haut.) Allons, madame, entrons. Bazile, vous passerez chez moi.
Suzanne, à Figaro.
Tu me rejoindras, mon fils ?
Figaro, bas, à Suzanne.
Est-il bien enfilé ?
Suzanne, bas.
Charmant garçon !
(Ils sortent tous.)
SCÈNE XI
Chérubin, Figaro, Bazile.
(Pendant qu'on sort, Figaro les arrête tous deux et les ramène.)
Figaro
Ah çà, vous autres ! la cérémonie adoptée, ma fête de ce soir en est la suite ; il faut bravement nous recorder : ne faisons point comme ces acteurs qui ne jouent jamais si mal que le jour où la critique est le plus éveillée. Nous n'avons point de lendemain qui nous excuse, nous. Sachons bien nos rôles aujourd'hui.
Bazile, malignement.
Le mien est plus difficile que tu ne crois.
Figaro, faisant, sans qu'il le voie, le geste de le rosser.
Tu es loin aussi de savoir tout le succès qu'il te vaudra.
Chérubin
Mon ami, tu oublies que je pars.
Figaro
Et toi, tu voudrais bien rester !
Chérubin
Ah ! si je le voudrais !
Figaro
Il faut ruser. Point de murmure à ton départ. Le manteau de voyage à l'épaule ; arrange ouvertement ta trousse, et qu'on voie ton cheval à la grille ; un temps de galop jusqu'à la ferme ; reviens à pied par les derrières ; Monseigneur te croira parti : tiens-toi seulement hors de sa vue ; je me charge de l'apaiser après la fête.
Chérubin
Mais Fanchette qui ne sait pas son rôle !
Bazile
Que diable lui apprenez-vous donc, depuis huit jours que vous ne la quittez pas ?
Figaro
Tu n'as rien à faire aujourd'hui, donne-lui par grâce une leçon.
Bazile
Prenez garde, jeune homme, prenez garde ! le père n'est pas satisfait ; la fille a été souffletée ; elle n'étudie pas avec vous : Chérubin ! Chérubin ! vous lui causerez des chagrins ! « Tant va la cruche à l'eau… »
Figaro
Ah ! voilà notre imbécile, avec ses vieux proverbes ! Eh bien ! pédant ! que dit la sagesse des nations ? « Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin… »
Bazile
Elle s'emplit.
Figaro, en s'en allant.
Pas si bête, pourtant, pas si bête…
(Partono tutti al suono di una marcia.)
Fine dell'atto primo.
Ende des ersten Aufzuges.
Fin du premier acte.